le Karaté au Jo ?

Le karaté Sport Additionel au Jeux de 2020

Profitant de la dernière réforme du Comité international olympique (CIO), qui abolit la limite de vingt-huit sports pour les Jeux d’été, beaucoup de sports se lancent dans la course olympique. Initialement, huit sports étaient nominés pour  2020, le karaté donc mais aussi le baseball/softball (version féminine qui compte donc pour un seul sport), le squash, le bowling, l'escalade, le surf, le roller  et le wushu, un art martial chinois.

Cinq ont finalement été retenus à savoir le karaté, le skateboard, le surf,  l'escalade et le baseball/softball. «Une combinaison de sports déjà bien établis et d'autres émergents, bénéficiant d'une grande popularité au Japon et au-delà», explique le CIO

Intéressons-nous donc au Karaté

Dans le rapport de 2013 de la commission du programme olympique les catégories combat proposées étaient les suivantes :

- hommes - 60 kg, - 67 kg, - 75 kg, - 84 kg, + 84 kg

- femmes - 50 kg, - 55 kg, - 61 kg, - 68 kg, + 68 kg

Attention aujourd’hui c’est sport additionnel. Ce qui signifie qu’il ne figurera pas au programme des Jeux 2020. Rappelons qu’après une belle démonstration en 1988 aux jeux de Seoul le Taekwondo était lui aussi mis dans cette situation aux jeux de Barcelone en 1992 et ce n’est que 8 ans plus tard qu’il était au programme des Jeux de Sidney. Il faudra encore prouver donc que cette discipline mérite sa place. Nous n’avons pas encore l’assurance donc de voir le Karaté sport Olympique en 2024. JO de Paris peut-être ? Espérons-le.

Il est vrai que la visibilité des jeux est un atout majeur dans le développement de la discipline, le Taekwondo en est un bon exemple. Espérons que le karaté ne fera pas d’ombre au Taekwondo dans les médias et que son arrivée sera une fenêtre médiatique supplémentaire pour l’ensemble des arts martiaux dont le Taekwondo, en intéressant plus de monde au sport de frappe.

Le revers de la médaille pour le taekwondo est quand même une médiatisation d’une seule facette de cet art martial la version sportive, il est dommage que le public ne puisse pas apprécier les facettes self-défense (ho shin soul) ou Poomsé par exemple. Médiatisation qui reste faible quand même en comparaison du judo malgré plusieurs médailles dans l’histoire du taekwondo français au JO.